Carnet de vadrouilles

Au Jardin des Fontaines pétrifiantes

26 août 2017
Fontaines pétrifiantes

Après s’être laissé porté sur l’Isère par le bateau à roue (article précédent), je vous invite à faire escale avec moi au village de La Sône afin de visiter un jardin pas comme les autres.

L’eau comme vecteur de merveilles

Depuis 1994, le Jardin des fontaines pétrifiantes accueille visiteurs et curieux, en lieu et place de l’ancienne décharge d’une usine. Reconversion originale mais réussie !

Chacun passe la porte en sachant qu’il va plonger dans un autre univers : celui où le végétal est roi. La cause de cela ? Un autre élément majeur du jardin : l’eau. Elle est omniprésente et bienvenue par ses températures estivales. Elle ruisselle, elle jaillit, elle crépite même, un véritable plaisir pour les sens. 😉

Du haut de la falaise de tuf…

Source fontaine pétrifiante

Splash auxfontaines pétrifiantesReflet fontaines pétrifiantesJusqu’en bas… 🙂

 

Panorama de la fontaine pétrifiante

La fontaine pétrifiante et son harmonie végétale

Cet élément a permis de donner vie au jardin. Si bien évidemment elle permet d’étancher la soif de toutes ces plantes, ces sources restent un mystère du point de vue de leur provenance, mais tout le monde en profite ! On sait simplement que l’eau arrive depuis le plateau de Chambaran après plusieurs kilomètres sous terre…

Le jardin abrite une collection de plantes du monde entier, acclimatée mais bichonnée (la plupart d’entres elles passent l’hiver bien au chaud en serre). Près de 800 espèces représentent l’Amérique, l’Asie, l’Australie et l’Afrique.

Un jardin en mouvement perpétuel

Ici ce n’est pas le désert qui avance mais le tuf. La particularité du site est l’exceptionnelle teneur en calcite de l’eau. Chargée en gaz carbonique après avoir traversée des couches d’humus, cette eau sera en mesure de dissoudre le calcaire qu’elle rencontrera plus loin sur son parcours.

Cela étant, après son passage souterrain, l’eau jaillit et dépose son calcaire sur la végétation en place et forme le tuf. Les fougères et les mousses pétrifient lentement et forment la structure du tuf. D’années en années, les couches de tuf se superposent et les fontaines grandissent !

Tuf des fontaines pétrifiantes

Zoom sur le tuf en fabrication : la végétation se fige sous l’influence du calcite contenu dans l’eau de la source

Allée des fontaines pétrifiantes

Bientôt le chemin devra être décalé, la fontaine avance !

Moulin pétrifié

La roue du moulin à eau s’est retrouvée elle aussi pétrifiée !

La pellicule de cristaux de calcite déposée est également utilisée pour ornementer des poteries mises en vente à la boutique du Jardin.

Cristallisoires à La Sône

Cristallisoires : il faut entre 2 et 3 mois avant que la poterie ne soit totalement cristallisée

En plus de l’évolution naturelle, les jardiniers modèlent le jardin et celui-ci change d’allure tous les ans. A chaque année ses créations végétales, ses curiosités. En voici un exemple. 🙂

Curiosités et botanique

Méduses fontaines pétrifiantes      Arbre brodé      Cadre naturel

You Might Also Like

Pas de commentaire

Leave a Reply