Carnet naturaliste

Les coteaux de la Roche-Guyon

27 mai 2018
Seine Roche-Guyon

Comme promis me voilà de retour dans l’un des plus beaux villages de France pour vous parler botanique. Le but n’étant pas de faire un cours, j’ai choisi de vous parler de quelques espèces emblématiques et de vous présenter le paysage cher à mes yeux. Pour retrouver le reportage sur le château c’est par ici. 😉

Un paysage marquant

Les coteaux surplombants la Seine et la Roche Guyon sont inclus dans la Réserve Naturelle Nationale des coteaux de la Seine. Ce sont 268 hectares qui s’étendent sur les communes de Vétheuil, Hautes-Isles, La Roche-Guyon, Gommecourt et Bennecourt, gérés par le Parc Naturel Régional du Vexin Français depuis 2010.

gradient prairies

Vue sur les coteaux et le donjon

Les coteaux abrupts de la rive droite de la Seine sont orientés Sud. Les pelouses calcaires, les plus importantes du bassin parisien, s’en donnent à cœur joie et explosent de fleurs colorées au printemps. Le décors se termine avec parois et pitons crayeux. Ces particularités permettent la présence d’espèces d’affinité méditerranéenne. On aime cette originalité pour la région ! 🙂

Prairies à gogo

Prairie orchidées

Orchis pyramidales surplombant la Seine

Dans le passé, les coteaux étaient occupés par une agriculture façonnant son paysage : vergers, vignes, pâturages… L’arrêt de nombreuses de ces activités ont conduit à l’embroussaillement mais la gestion du site permet de conserver des paysages ouverts et propices à la flore remarquable et à la faune attenante.

Nos chères pelouses calcaires se déclinent en plusieurs habitats spécifiques :

–        Pelouses xériques (très sèches) sur les abords de pinacles

–        Pelouses mésophiles (moyennement sèches) sur les pentes moins abruptes

Ces 2 milieux sont d’Intérêt Communautaire et abritent une grande partie des espaces patrimoniales du site.

–        Les fruticées composées d’arbustes (aubébine, cornouiller) qui colonisent les pelouses

–        Les boisements calcicoles composés d’arbres (comme les chênes) représentent le dernier stade (forestier) qui remplace la fructicée.

Prairie fruticées

Une prairie fruticées

Quelques espèces emblématiques

Extrait des espèces remarquables rencontrées le jour de ma visite. 🙂

Héliantheme blanc

Héliantheme blanc (Helianthemum apenninum)

Pulsatille

Anémone pulsatille (Pulsatilla vulgaris)

Orchis araignée

Ophrys araignée (Ophrys araneola)

Piéride de la rave

Piéride de la rave (Pieris rapae)

Astragale de Montpellier

Astragale de Montpellier (Astragalus monspessulanus)

POUR LES CURIEUX : un sentier d’interprétation a été mis en place le long du GR2 entre Chantemesle et Haute-Isle (accès par la route des Crêtes). Ce circuit de 2 km permet de découvrir tout l’intérêt écologique de la réserve naturelle et de profiter d’un superbe panorama.

You Might Also Like

Pas de commentaire

Leave a Reply